Accueil > Edification > Méditations > Tu as établi l’été et l’hiver

Tu as établi l’été et l’hiver

Psaume 74 V 17

Mon âme, commençons ce mois d’hiver avec ton Dieu. La neige et la morsure des vents froids te rappellent qu’il garde son alliance avec le jour et la nuit.
Ces choses tendant à t’assurer du fait qu’il gardera aussi cette merveilleuse alliance qu’il a faite avec toi en la personne de Jésus-Christ.
Celui qui est fidèle à sa Parole pour le cercle des saisons de ce pauvre monde pollué par le péché ne sera pas infidèle dans ses rapports avec son propre Fils bien-aimé.
L’hiver de l’âme n’est pas du tout une saison de confort et, s’il pèse sur vous en ce moment, vous le trouvez certainement très douloureux. Mais, consolez-vous dans le fait que le Seigneur le permet.
C’est lui qui envoie les rafales de l’adversité pour geler les bourgeons de vos attentes. Il répand la gelée blanche comme des cendres sur les prairies verdoyantes de votre joie. Il sème sa glace pour immobiliser les fleuves de notre joie. C’est lui qui fait tout cela. Il est le grand roi de l’hiver, et il règne sur le royaume des gelées.
Vous ne pouvez donc pas murmurer contre lui. Les pertes, les croix, la dépression, la maladie, la pauvreté, et encore un millier d’autres maux, proviennent du Seigneur.
Ces choses nous atteignent dans le cadre d’un dessein de sagesse.
Les gelées tuent les insectes nuisibles, et elles enraient les maladies contagieuses. Elles brisent les mottes de terre et préparent le sol. Puissions-nous toujours voir de tels résultats suivre nos hivers d’affliction !
Combien nous aimons le feu pour le moment ! Comme son rougeoiement joyeux nous donne du plaisir ! Estimons le Seigneur de la même manière, lui qui est une source continuelle de chaleur et de consolation dans tous les instants de difficulté.
Approchons-nous de lui, et trouvons en lui la joie et la paix qui accompagnent la foi. Enveloppons-nous des vêtements chauds de ses promesses, et avançons dans les travaux de cette saison. Nous ne voulons pas ressembler au paresseux, qui ne laboure pas en raison du froid. Il mendiera en été, car il n’aura rien pour se nourrir.

Charles Spurgeon



^^ Revenir en haut ^^