Accueil > La Vie Chrétienne > Analyse Actualité > FAVORISONS LA STABILITE DU MARIAGE (...)

FAVORISONS LA STABILITE DU MARIAGE ET DE LA FAMILLE

Au mois d’Août, Messieurs Stephen Parelli et José Ortiz, croyants américains et militants pour la cause homosexuelle se sont présentés comme des pasteurs baptistes et ont revendiqué être dans la droite ligne biblique.
Par le présent texte, l’Association des Eglises Evangéliques Baptistes de la Martinique (L’AEEBM) tient à avertir la population martiniquaise qu’elle se désolidarise entièrement des dires de ces deux hommes et réaffirme que le message biblique vis-à-vis de tous les hommes est qu’ils se repentent de leurs transgressions de la loi divine et croient dans le seul moyen offert par Dieu pour être pardonnés : nommément, le sacrifice parfait de son Fils, Jésus, à la croix à la place des coupables.
Notre foi est selon nous, conforme et basée sur les « Saintes Ecritures », la Bible.
L’AEEBM rappelle qu’avant d’être une institution civile, le mariage est une institution divine.
Dès le commencement, la Bible, Parole de Dieu, le Créateur définit le mariage comme le lien qui unit un homme et une femme.
L’AEEBM condamne l’homophobie ainsi que le rejet de la personne homosexuelle. Nous considérons que les pratiques homosexuelles sont incompatibles avec la pensée de Dieu révélée dans la Bible.
L’AEEBM ne considère cependant pas comme attitude homophobe le fait d’affirmer que le mariage est réservé à l’union d’un homme et d’une femme.
La position de L’AEEBM sur le sujet de l’homosexualité est identique à celle du réseau FEF (Fédération des Evangéliques de France) dont elle est membre. Le réseau FEF (étant membre du CNEF Conseil National des Evangéliques de France) a publié sur son site le communiqué émanant du Conseil National Evangélique auquel nous adhérons totalement.

MARIAGE ENTRE PERSONNES DE MEME SEXE ET HOMOPARENTALITE :
UN MAUVAIS CHOIX DE SOCIETE

Le Conseil National des Evangéliques de France (CNEF) souhaite apporter sa contribution au débat sur ce choix de société.
Libre de tout engagement politique, il refuse le clivage qui se dessine sur cette question. L’éthique biblique, qui fonde ses positions favorise un large consensus interne.
1)Nécessité d’un débat large et démocratique : en prenant position sur ce projet de loi, les protestants évangéliques agissent non seulement au nom de leurs convictions mais aussi par souci du bien de toute la société. Ils estiment que ce projet promeut les intérêts d’une minorité et que ceux-ci vont à l’encontre du bien commun. En particulier de celui de l’enfant à avoir un père et une mère.
Une question de cette importance mérite un débat large et démocratique dans lequel les protestants souhaitent être entendus.
- 2) Différence homme/femme : Les protestants évangéliques rappellent que la différence homme/femme est depuis toujours une donnée fondamentale de l’anthropologie. Vécue partout et depuis les origines de l’humanité comme un enrichissement, elle fonde le mariage, la procréation, et la famille. A ce titre, nier ou relativiser l’importance de l’autorité dans la cellule familiale est une régression.
- 3) Mariage : les protestants évangéliques affirment que le mariage n’est pas seulement une affaire privée entre deux personnes, il est également une disposition publique qui structure la société et encadre la famille et le droit de filiation. Ouvrir le mariage à des personnes de même sexe, sous couvert de non-discrimination et de liberté de choix individuel, remettrait en cause un fondement structurant de notre société. Ce serait aussi céder à une idéologie faussement égalitariste qui conduira immanquablement à une confusion de repères et bouleversera les structures sociales.
- 4) Parentalité : les protestants évangéliques affirment encore qu’il est dans l’intérêt supérieur de l’enfant d’être élevé par son père et sa mère. Si l’on ne peut ignorer l’existence de nombreuses exceptions, subies ou choisies, rien ne semble justifier l’abolition de cette donnée anthropologique et psychologique fondamentale. Les protestants évangéliques font remarque que, sous couvert d’égalité, l’homoparentalité crée une inégalité pour les enfants en leur inventant une filiation fictive qui les privera de leur filiation réelle. Il ne saurait y avoir de droit absolu à l’enfant, car l’intérêt de celui-ci doit primer sur le désir des adultes.
- 5) Marchandisation du corps : les protestants évangéliques pensent que le projet d’un mariage entre personnes de même sexe introduira de fait, à un droit à la filiation et risque d’ouvrir la voie à la marchandisation du corps. La demande de gestation pour autrui s’inscrira comme une suite « logique » de cette évolution. Même si le projet de loi ne l’envisage pas à ce stade. Tout comme pour l’aide médicale à la procréation (AMP) qui servira de recours pour contourner le fait que l’acte homosexuel est par nature, et non seulement par accident infécond.
- 6) Pas de discrimination : le CNEF précise que les églises et associations qui le compose, condamnent toute haine et toute injustice envers les personnes homosexuelles et considèrent comme intangible la valeur de toute personne quels que soient ses choix de vie. A ce titre, elles prônent l’accueil de tous. Cependant, elles ne considèrent pas toutes les formes de conjugalité de manière indifférenciée. Les protestants évangéliques croient que la fécondité que Dieu accorde à l’homme et à la femme est un don de Dieu.
Le CNEF invite donc le gouvernement et les décideurs de la société civile à poursuivre une politique familiale volontariste favorisant la stabilité du mariage et de la famille. Il s’agit d’une haute exigence morale pour le bien de la société et des enfants en particuliers.

MATHURIN EDJAM, Président de l’Association des Eglises Evangéliques Baptistes de la Martinique.



^^ Revenir en haut ^^