Accueil > Hommes > CELIBAT ET SEXUALITE

CELIBAT ET SEXUALITE

1 corinthien 7, 1-9

Les sujets du célibat et de la sexualité semblent s’opposer. Beaucoup auraient tendance à penser simplement qu’un Chrétien célibataire n’ayant pas de vie sexuelle ne peut pleinement s’épanouir en Christ. L’Ecriture va plus loin cependant, elle redore le blason des célibataires d’une manière insoupçonnée. Notre passage explique que le mariage est le seul cadre que Dieu ait prévu pour l’expression des relations sexuelles légitimes des croyants.
L’Ecriture veut bien dire pour commencer que la sexualité ne peut être reléguée au niveau d’une « option » dans la vie de couple. Les relations sexuelles sont des expressions d’amour par excellence et aussi de puissants défenseurs contre l’immoralité (v 5). Elles doivent être respectées et satisfaisantes pour les deux partenaires.
Un célibataire qui se prépare au mariage doit lire ces recommandations et corriger d’éventuelles mauvaises conceptions des relations sexuelles. Leur importance ne doit pas être exagérée (tendance souvent masculine) mais elle ne doit pas être non plus sous-estimée (trait souvent féminin). Associés à ces corrections, se trouvent d’autres injonctions bibliques concernant la sexualité :
Paul parle ailleurs de la nécessité d’apprendre à être content c’est-à-dire satisfait de l’état où nous sommes qu’il soit agréable ou pénible (Phil 4.10-13).
Il commande aussi que les croyants veillent à ne pas considérer l’autre comme un objet pour leur satisfaction personnelle (1 Thes 4.3-4 Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification ; c’est que vous vous absteniez de l’inconduite. C’est que chacun de vous sache tenir son corps dans la sainteté et l’honnêteté. Ici le mot « corps » devrait être compris comme étant le corps de sa femme).
Les relations sexuelles ne doivent donc pas être utilisées comme instruments de chantage et de manipulation de l’autre.
Dans le milieu chrétien on a tendance à plaindre les célibataires parce qu’ils n’ont pas une vie de couple, comme s’ils vivaient une espèce de mort lente. Une bonne compréhension de l’Ecriture ne nous permet pas de penser ainsi. Dans 1 Cor 7.1, 26, 32, Paul emploie une formule particulière : « Il est bon pour l’homme… » Cette tournure rappelle le langage du Seigneur pour parler de la situation d’Adam dans Genèse 2.18 « Il n’est pas bon que l’homme soit seul… » Cependant, maintenant Paul déclare : « Il est bon pour l’homme… d’être seul » !!! Y a-t-il contradiction ? Pas du tout !!! Paul indique que les célibataires ont reçu de Dieu une capacité particulière qui leur permet, non seulement de maîtriser leurs désirs sexuels plus facilement que d’autres, mais qu’en plus, ils sont appelés par Dieu à des degrés d’implications spirituels qu’un croyant marié ne pourra pas toujours atteindre !
Esaïe 56.3-5 déclare ceci « Que l’étranger qui s’attache au Seigneur ne dise pas : Le Seigneur me séparera de son peuple ! Que l’eunuque ne dise pas : Je suis un arbre sec ! Car voici ce que dit le Seigneur aux eunuques qui observent mes sabbats, qui choisissent ce à quoi je prends plaisir et qui demeurent fermes dans mon alliance : Je leur donnerai dans ma maison et dans mes murs un monument et un nom meilleurs que des fils et des filles ; je leur donnerai un nom pour toujours, il ne sera jamais retranché. »
Le Dr John Piper explique bien que Dieu a privilégié les célibataires en leur accordant bien mieux que les joies de la famille car la progression du royaume de Dieu ne passe pas par une génération physique, mais bien par une régénération spirituelle provoquée par l’Evangile ! Les célibataires ont le privilège de pouvoir donner plus de temps à l’œuvre d’agrandissement du Royaume de Dieu, nommément l’évangélisation !
Que déduire de cela ? Que les célibataires doivent activement prier pour que Dieu leur indique s’ils ont ou non, reçu le don du célibat, et demander au Seigneur la grâce de lui obéir.
Dans le cas où le Seigneur confirmerait de manière claire que ce don n’est pas attribué, ils doivent se préparer au mariage.
Comment ?
Premièrement il faut continuer à prier :
- afin que Dieu dispose à l’aimer plus que tout, même marié.
- pour qu’il indique la personne de son choix
- avec des partenaires de prière (du même sexe !!!) matures dans la foi.
Le Seigneur disposera en son temps les circonstances et les évènements afin de rencontrer la personne de son choix si telle est sa volonté.
Deuxièmement, il faut s’investir dans la vie de l’Eglise. Le meilleur moyen d’apprendre à aimer est de servir. Si nous apprenons à supporter les croyants, nous saurons mieux se supporter entre époux. Vivre en communauté est un apprentissage qui permet dans une grande mesure de déceler nos défauts et nos qualités.
Et si l’élu (e) ne vient pas ? Faudrait-il diminuer notre service pour autant ? Bien sûr que non ! Dieu a des raisons qui lui sont propres mais qui visent toujours pour notre bien. Demeurons dans le plan de Dieu ! Ne nous tournons pas vers les incroyants pour trouver une satisfaction que Dieu seul peut et veut donner !
En conclusion, nous pouvons dire que l’appel à une vie de célibat va de paire avec la nécessité de s’impliquer dans l’œuvre de Dieu. L’avantage est de pouvoir donner plus de temps et d’attention à cette tâche.
Chers célibataires, Dieu vous réserve peut-être des joies plus excellentes que celles du mariage. Rappelez-vous que la vie la plus significative, la plus équilibrée et la plus belle au monde fut celle d’un célibataire : notre Seigneur Jésus lui-même ! Il sait ce que vous pouvez ressentir et vous aidera à le glorifier au mieux ! Amen !



^^ Revenir en haut ^^